Vivre du chien … that's the question

Vivre du chien … that's the question





Il ne se passe pas une semaine sans que je reçoive un appel ou un mail ayant comme objet « je suis en reconversion et… » « ma fille/fils voudrait… »

Un contact sans réelle trame mais qui souvent me demande implicitement de valider le fait que vivre du chien c’est possible. Je vais tenter d'y répondre ici.


S’il y a quelques années vétérinaire était la seule profession « viable et enviable », le secteur animalier voit actuellement sa progression suivre une courbe exponentielle croissante. Educateur, comportementaliste, masseur, promeneur, éleveur, zoopharmaco, coach canin… presque impossible de ne pas trouver chaussure à son pied. La reconnaissance (enfin) d’autres professions comme l’ostéopathie. Cela semble tellement facile de lancer sa page, écrire quelques articles faire de belles vidéos pour connaître "succès et richesse."


Je n’ai pas ici envie de vous raconter mon parcours, je crois qu’il est propre à chacun. Ce que je peux vous dire c’est qu’il y a définitivement eu plus de bas que de hauts … au début en tout cas !

Peut on vivre du chien ? Absolument. Est-ce facile ? Non… vraiment pas ! Comme pour toute entreprise, nous frôlons les 30% de succès à partir de 3 ans. Maintenant que les choses désagréables sont dites, continuons !


Les qualités principales pour vivre du chien ? Vous vous attendez à « feeling des animaux », « connaissances dans le domaine»…

Non : créativité et rigueur ! Problème ces deux mots ne vont absolument pas de pair et généralement on est soit l’un ou soit l’autre. Là il va falloir vous faire violence et mettre en place des réelles stratégies pour fonctionner. Je trouve que c'est un voyage intérieur d'une richesse bluffante, se connaître pour s'optimiser.

La deuxième qualité ? Aimer l’humain, vulgariser, expliquer, vouloir partager… les chiens ne sont que 10% du Taff ! Ne signez donc pas si vous n'avez aucun intérêt pour le partage et les "moi mon chien", vous êtes là aussi (et surtout) pour l'humain.

La troisième qualité ? Savoir s’exprimer à l'oral ET à l'écrit. Les gens vont venir vous voir VOUS et pas uniquement vos compétences. Lisez, enrichissez votre vocabulaire, la timidité n’est qu’une plate excuse … personne ne va voir quelqu’un qui regarde le sol et ne semble pas sur de lui, aussi génial soit il ! Vous avez le droit d'utiliser tous les moyens possibles pour progresser, faire du théâtre, mettre un dictionnaire dans vos toilettes (en plus double usage pour briller au Scrabble) ... bref surprenez vous !!

La dernière qualité ? On y arrive enfin, les connaissances et compétences dans le milieu donné. Et une envie irréfrénable d’apprendre sans satiété possible… de toute façon plus on apprend moins on a l'impression de savoir … et plus on se doit d’apprendre, une fois que vous êtes dans cette boucle ... z'êtes foutus !


Le tout en sachant se remettre en question et se diversifier, continuellement. Avoir une entreprise ce n’est pas surfer sur le succès c’est créer d’autres succès avant même que la dernière idée fonctionne … C'est fatiguant, il n'y a pas de réels jours off, mais bordel que c'est exaltant !


A mon sens commencer post bac une entreprise de ce type est aller droit dans le mur. Il faut de l’expérience et un minimum de maturité. Un bagage universitaire est un réel plus, d’une car il va vous permettre de grandir, de faire des rencontres et de deux une voie de sortie « si jamais ».

Aucun plan n’est figé, vous avez le droit de changer d’avis à tout moment. Je suis persuadée qu'on ne perd jamais, on apprend, on rebondit, on se réinvente, le tout étant de savoir où l'on met les pieds et avec quelles armes il est mieux de commencer l'aventure.


J’espère avoir pu éclaircir certains points, je reste disponible pour vos questions. C'est évidemment mon point de vue, il y'en a d'autres ... et heureusement !

109 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Une scène quotidienne qui j’avoue rend les débuts de journée vraiment sympa … et qui vient me rappeler la raison pour laquelle j’ai des chiens … car ils sont une valeur ajoutée à ma vie. Il n’y a pas