top of page

Comprendre l'inflammation de bas grade : un facteur limitant de notre capacité de réponse aux agressions multiples





Areg technologies & Connections (Areg TeC)


Résumé :


L'inflammation de bas grade est une forme d'inflammation chronique qui peut sembler inoffensive car elle ne se manifeste pas dans les examens sanguins habituels et se met en place progressivement. Cependant, elle est considérée comme étant à l'origine de la plupart des maladies de civilisation telles que les maladies cardiovasculaires, l'obésité, le diabète, le cancer, les maladies neurodégénératives et la dépression. Mais comment ?

Chaque organisme a une certaine capacité à répondre aux agressions extérieures. Ces agressions sont souvent multiples et simultanées, et l'organisme doit mener toutes ces batailles. Cependant, il peut être dépassé dans le cas de maladies qui nous affaiblissent, ou d'infections majeures, etc. C'est là qu'une inflammation de bas grade est pernicieuse, car elle a déjà épuisé et de ce fait limité les ressources de l'organisme, affaibli le système immunitaire et l'a rendu plus vulnérable aux infections et aux maladies. Elle peut également conduire à une réponse immunitaire excessive ou inappropriée, entraînant des dommages tissulaires et des maladies auto-immunes.

Le corps peut être comparé à un château assiégé, avec l'inflammation de bas grade représentant des attaques sournoises affaiblissant progressivement notre système de défense. Pour maintenir notre force, nous avons besoin de repos et d’une nutrition adaptée.


En conclusion, il est crucial de prendre des mesures au quotidien pour votre animal de compagnie et réduire l'inflammation chronique afin de maintenir une bonne santé à long terme. Cela passe par un changement de mode de vie, une alimentation saine et équilibrée, de l'exercice physique régulier et une bonne gestion du stress. Quelques règles simples sont proposées, et en en appliquant une ou deux quotidiennement, vous pouvez transformer le temps en allié, plutôt qu'en ennemi, dans la lutte contre l'inflammation chronique de votre animal.


Ma fille m’a demandé d’expliquer simplement l’inflammation de bas grade (ou inflammation chronique), notion qui visiblement est décrite partout mais difficile à comprendre, à intégrer et à corriger pour la plupart d’entre nous. Dans un article précédent (Areg TeC-inflammation et microbiome chez le chien), nous l’avions qualifiée de discrète et sournoise. Très souvent, elle est liée à des aliments ultra-transformés, à la pollution et au stress. Ce bruit de fond inflammatoire ne se manifeste pas dans les examens sanguins habituels, mais il est cité comme étant au cœur de la plupart des maladies de civilisation telles que les maladies cardiovasculaires, l'obésité, le diabète, le cancer, les maladies neurodégénératives, la dépression, etc.

Afin d’intégrer au mieux cette notion, il faut garder en tête que l’objectif principal de l’organisme est de garder son équilibre, ce que l’on appelle l’homéostasie. Cet équilibre lui donne la capacité de répondre aux agressions multiples qu’il va devoir affronter. On peut presque parler d’obsession de retour à l’équilibre...

Nous comprenons tous la notion de réponse inflammatoire, un mécanisme de défense du système immunitaire inné qui protège l'hôte contre les stimuli nocifs tels que les virus, les bactéries, les toxines et les infections en éliminant les agents pathogènes et en favorisant la réparation des tissus endommagés. Au début de l'inflammation, les cellules immunitaires (nos sentinelles) perçoivent l'invasion des agents pathogènes ou les dommages cellulaires et déclenchent leur plan ORSEC que l’on appelle une cascade inflammatoire. Dans la plupart des cas, une telle activité inflammatoire devrait se résorber une fois que la menace est surmontée et l’organisme devrait retrouver son équilibre (homéostasie).

Cependant, l'échec du retour à l’équilibre ou l'exposition continue à des facteurs environnementaux et biologiques, qui favorisent l'activation de la réponse inflammatoire, peut conduire à un processus inflammatoire chronique. Le même ennemi revient toujours et on est en lutte permanente. La pollution ou les aliments ultra-transformés en sont une bonne illustration. La réponse inflammatoire prolongée peut avoir des conséquences sur la santé des tissus, pouvant évoluer vers une modification des tissus comme une fibrose tissulaire et une possible perte de fonction. C’est la porte ouverte vers des maladies cardiovasculaires, ou métaboliques comme le diabète. Cela peut également favoriser la prolifération cellulaire et par conséquent la progression de différents types de cancer. Ce n’est pas un phénomène anodin.

C'est là qu'une inflammation de bas grade est pernicieuse, présente en permanence elle peut épuiser les ressources de l'organisme, comme les nutriments et l'énergie, qui sont nécessaires pour maintenir une réponse immunitaire optimale. Cela peut affaiblir le système immunitaire qui devient moins efficace pour combattre les infections et rend l'organisme plus vulnérable aux infections et aux maladies. À l'inverse, cela peut aussi conduire à une réponse immunitaire excessive ou inappropriée, entraînant des dommages tissulaires et des maladies auto-immunes. Un peu un emballement du système.


L'inflammation de bas grade peut augmenter le stress oxydatif dans l'organisme. Le stress oxydatif, c'est quand notre corps produit trop de déchets nocifs (radicaux libres) et n'arrive pas à les éliminer assez vite, ce qui peut endommager nos cellules et nos tissus. Cela peut être causé par divers facteurs, tels que la pollution, le tabagisme, une mauvaise alimentation, le stress et l'exercice physique intense, et réduire la capacité de l'organisme à répondre aux agressions et à se rétablir après une blessure ou une maladie. Elle peut également altérer la réponse de l'organisme aux hormones, et affecter la capacité de l'organisme à réguler le métabolisme et la réponse au stress. À long terme, une inflammation de bas grade peut causer des dommages tissulaires et contribuer au développement de maladies chroniques.


En somme, le corps peut être comparé à un château fort constamment assiégé. Tout comme l'état du château et de son armée peuvent varier, notre organisme est soumis à des fluctuations. Dans cette analogie, l'inflammation de bas grade correspond à des attaques répétées et sournoises qui affaiblissent progressivement les soldats. Pour maintenir leur force et leur capacité à se défendre, les soldats, tout comme notre corps, ont besoin de repos et de nourriture. D'autre part, une réponse immunitaire excessive peut être assimilée à une révolte des soldats du château contre leur propre forteresse, causant ainsi des dommages importants aux murs et aux structures. Dans les deux cas, ces attaques répétées peuvent rendre le château, ou l’organisme, plus vulnérable aux agressions plus importantes.

Il est donc crucial de prendre des mesures au quotidien pour réduire l'inflammation chronique afin de maintenir une bonne santé à long terme. Des études récentes ont montré que des changements de mode de vie, tels qu'une alimentation saine et équilibrée, de l'exercice physique régulier et une bonne gestion du stress, peuvent aider à réduire l'inflammation de bas grade et ainsi améliorer la santé globale. Comme nous sommes sur un site d’ostéopathie, l’ostéopathie peut également aider à réduire certains aspects de l’inflammation chronique en travaillant sur les tissus et les articulations, réduire la tension et améliorer la mobilité, ce qui peut réduire la douleur et l'inflammation dans les zones traitées. Le travail sur les organes digestifs peut également aider à améliorer la digestion et à réduire l'inflammation. J’espère que ce texte vous à aidé à comprendre l’urgence de réagir au quotidien pour vous et votre animal de compagnie. Ci-dessous quelques conseils simples qui peuvent faire la différence.  En appliquant une ou deux de ces règles chaque jour, vous contribuerez à  transformer le temps, qui ne sera plus l'ennemi de votre animal en laissant l'inflammation chronique s'installer, mais deviendra plutôt son meilleur allié pour une vie saine et heureuse.


  • Alimentation saine : Comme recommandé dans notre article inflammation et microbiome (AregTeC- https://www.areg-animalcare.com/post/inflammation-et-microbiome-chez-le-chien) adaptez et/ou à complémentez l'alimentation de votre chien avec l'idée d'utiliser de plus en plus d'aliments bruts non transformés et surtout diversifiés, à l'instar de ce qui se fait chez l'homme. Si vous ne pouvez passer à 100% d’aliments bruts, vous pouvez tout à fait utiliser des « super aliments » qui viennent de par leurs vertus et  « fraîcheur » baisser significativement le taux de glucide et indirectement l’inflammation. Un ouvrage référence en la matière. Longviemchien"https://www.fnac.com/a17767450/Habib-Rodney-Longue-vie-a-mon-chien

  •  Optez pour des aliments de haute qualité, riches en nutriments et pauvres en additifs et en ingrédients transformés. Les régimes riches en oméga-3, en antioxydants et en acides gras essentiels peuvent aider à réduire l’inflammation. https://www.areg-animalcare.com/post/les-omégas-3

  • Exercice régulier : Assurez-vous que votre chien reçoit suffisamment d'exercice adapté à son niveau de forme physique et à ses besoins spécifiques. L'exercice favorise la circulation sanguine, renforce le système immunitaire et aide à maintenir un poids santé, ce qui peut réduire l'inflammation.

  • Gestion du stress : Offrez à votre chien un environnement calme et sécurisé, avec des moments de détente et d'interaction positive. Le stress chronique peut contribuer à l'inflammation, donc réduire les sources de stress peut être bénéfique, et avec l’âge l’inflammation change les comportements de nos chiens dans un concept ‘d’inflamm-âge’ (inflammaging) que l’on pourra détailler dans une autre discussion.

  • Contrôle du poids : Maintenir un poids santé est important pour réduire l'inflammation chez les chiens. Un chien est en surpoids à partir de 10 % de poids en trop, obèse à partir de de 15 à 20% de poids en trop. Déterminer le poids de forme de votre chien (voir https://www.instagram.com/reel/C3KV_rWucol/)  et assurez-vous de surveiller la quantité de nourriture que vous donnez à votre chien et de lui fournir suffisamment d'exercice pour brûler des calories supplémentaires si nécessaire.

  • Ostéopathie : L'ostéopathie peut contribuer à réduire l'inflammation en travaillant sur les tissus, les viscères et les articulations (à un instant t et pour 72 heures environ) de plus la vision globale de la discipline permet de modifier des éléments du quotidien cruciaux dans la longévité de votre animal. N’attendez pas que cela aille mal pour consulter, la meilleure des médecines est préventive. L’ostéopathie n’est pas miraculeuse, par contre la mise en évidence précoce de certains signes s’ils sont directement pris en compte par le propriétaire peut éviter une dégradation et des symptômes de l’animal. Mais cela nécessitera un changement parfois radical du quotidien.

133 vues0 commentaire

Comments


bottom of page